Histoire : Les épidémies à Alignan du Vent

Une page d’histoire

Depuis maintenant près d’une année, nous sommes confrontés à une pandémie, la COVID 19 qui a commencé à se manifester à la fin de l’année 2019 en Chine dans la région de Wuhan.                                               

A ce jour, le bilan de la COVID 19 s’élève à près de 2 500 000 morts dans le monde et à près de 85 000 en France.

Dans le passé, toutes les sociétés humaines sur terre ont été régulièrement frappées par de multiples épidémies. Au XIVème siècle, la Peste noire a décimé un tiers de la population européenne entre 1347 et 1352 et plus près de nous, il y a un siècle, la grippe espagnole apparue aux USA en mars 1918 a causé la mort de 400 000 personnes en France et entre 20 et 50 millions dans le monde.

Depuis le Moyen-âge jusqu’à la Révolution une prière était récitée par les anciens, elle s’intitulait « A fame, bello et peste, libera nos Domine » (De la famine, de la guerre et des épidémies, délivrez-nous Seigneur). Cette phrase évoque bien les trois fléaux qui jalonnaient la vie de nos ancêtres.

Au XIXème siècle, Alignan du vent et les communes voisines ont été affectées par différentes maladies contagieuses souvent liées aux conditions sanitaires déplorables : variole, suette miliaire et choléra.                   

En 1854, la commune de Valros est durement frappée par le choléra. C’est à la fin du mois d’aout et au début du mois de septembre que le nombre de décès atteint son maximum : 8 morts le 31 aout et 12 morts le 1er septembre !  Au total, le choléra sera responsable de 48 décès dans la commune sur un total de 63 décès cette année-là.                                                                                                                                          

Sur le site des Archives départementales, nous avons pu relever les statistiques suivantes pour la commune d’Alignan : Nombre de décès = 23 en 1850, 28 en 1851, 40 en 1852, 17 en 1853, 44 en 1854, 25 en 1855, 32 en 1856, 21 en 1857, 22 en 1858, 28 en 1859 et 35 en 1860. A la lecture de ces données chiffrées on peut supposer que l’épidémie de choléra a aussi affecté notre village en 1854 avec cependant beaucoup moins d’intensité.                                                                                      

Quelques années plus tard, à Alignan, le maire M. Henri Crozals réunit en session extraordinaire le conseil municipal le 27 février 1866 afin de donner lecture aux conseillers du rapport de la Commission médicale chargée par le Conseil d’hygiène de l’arrondissement de Béziers de venir étudier les causes de l’épidémie de suette miliaire sévissant dans le village.                                                                              

 Dans la même session, le maire fait adopter un plan d’assainissement du village qui comporte la suppression des « aqueducs » des distilleries laissant écouler à l’air libre des vinasses dans la rue des aires jusqu’au Plan de la Croix et la construction de conduits couverts et dallés.                                             

En 1867, la suette est toujours présente dans le village et entraine le décès de deux conseillers municipaux : Guillaume Scié et Joseph Albert.                                                                                                             

Cette maladie contagieuse se caractérisait par une fièvre importante, une transpiration profuse et touchait plus particulièrement les hommes âgés de 20 à 49 ans. Elle était appelée « suette miliaire » car elle s’accompagnait d’une éruption cutanée en forme de grain de mil.

Pour éradiquer cette maladie infectieuse attestée dans de nombreux villages au XIXème siècle (comme Adissan par exemple), les autorités feront porter leurs efforts sur l’amélioration des conditions d’hygiène et plus particulièrement l’évacuation des eaux usées.

Les habitants de Valros, traumatisés par l’épidémie de choléra de 1854, ont fait ériger par souscription publique une statue de la Vierge toujours visible aujourd’hui, par contre les alignanais ont pendant longtemps jusqu’aux années 1960 invoqué un saint thaumaturge, St Sébastien dont la fête le 20 janvier rassemblait une foule considérable de fidèles dans l’église.

Aujourd’hui face à la pandémie de la COVID 19 nous avons la chance de disposer de plusieurs vaccins permettant d’être immunisés mais plus que jamais nous devons avoir dans notre vie quotidienne une attitude responsable et respecter les règles élémentaires en matière d’hygiène.

                                                                                   Les amis d’Alignan du vent


Partagez ...